fbpx

Le français en affaires en Ontario: une valeur sûre

Dans le cadre d’une série présentant quelques-unes des entreprises inscrites sur Quartier d’affaires et la Fédération des gens d’affaires francophones de l’Ontario (FGA), nous terminons avec Julien Dutronc, président et cofondateur de la firme de consultation East & West Media Consulting.

Français d’origine, Julien Dutronc s’est installé avec sa famille à Toronto au mois de juin dernier après avoir passé 15 ans en Asie, où il œuvrait surtout dans la distribution et le marketing de contenus télévisuels et numériques.

Ce sont donc ces spécialités qu’offre sa nouvelle entreprise,  East & West Media Consulting https://www.linkedin.com/company/east-west-media-consulting-ltd/ ,  qu’il démarre actuellement avec son épouse, la Canadienne Cherry Lam Dutronc. Ensemble, ils cumulent 25 années d’expérience internationale dans le développement d’affaire, la distribution de contenus, la publicité numérique et le marketing de contenu à travers l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie.

Lors d’une entrevue avec Quartier d’affaires, le président d’East & West Media Consulting décrit ses services et explique sa motivation pour se joindre à la plateforme.

« Nous proposons divers services, principalement aux entreprises de production et de diffusion dans l’industrie du cinéma, de la télévision et du numérique,» explique-t-il. « Nous pouvons par exemple négocier avec un câblodistributeur canadien pour qu’il ajoute une chaîne d’origine asiatique à son offre, ou encore vendre une série canadienne à un diffuseur européen. Au-delà de la recherche de clients, nous espérons rencontrer d’autres entrepreneurs franco-ontariens, simplement pour échanger et nous familiariser avec notre nouvel environnement.»

Après la période de démarrage, il espère de plus faire appel à la communauté franco-ontarienne pour du soutien juridique et comptable, ainsi que des services en graphisme et en marketing.

Pour ces cofondateurs, s’installer en Ontario offrait un avantage concurrentiel. En effet, dans leur domaine de spécialisation, le fait de pouvoir offrir leurs services et communiquer en français les distingue de leurs concurrents, un facteur non négligeable dans le créneau des médias tant vis-à-vis les entreprises canadiennes que françaises internationales.

FGA : les gens d’affaires francophones de l’Ontario se regroupent

En janvier dernier, suite au soutien généreux du ministère des Affaires francophones et à l’étroite collaboration de nombreux organismes fondateurs naissait La Fédération des gens d’affaires francophones de l’Ontario (FGA) www.fedefranco.ca . Ce nouveau réseau économique lançait ses premiers programmes et services aux entreprises et organismes franco-ontariens en se donnant pour mission de soutenir, représenter et faire progresser les intérêts de ses membres et des acteurs économiques pour mettre pleinement en valeur la francophonie en affaires.

Mandat ambitieux porté avec enthousiasme par les membres fondateurs, soit les Chambres de commerce de Clarence-Rockland, de Hawkesbury, de Prescott-Russell, du Grand Sudbury, et de Timmins, ainsi que le Club canadien de Toronto, Entreprise Niagara/Ventures Niagara, le Regroupement Affaires Femmes (RAF), le Regroupement des gens d’affaires de la Capitale nationale (RGA) et la Société Économique de l’Ontario (SÉO).

 

Créée par et pour les Franco-ontariens, la FGA place ses membres au cœur même de son action et de sa structure. Elle est le nouveau porte-parole de confiance du grand réseau d’affaires francophone et favorise son développement économique.

 

Dans un contexte de relance économique en pleine pandémie COVID-19, il était essentiel de regrouper les gens d’affaires franco-ontariens souvent durement touchés,  et de considérer leurs réalités régionales pour mieux les faire rayonner.

Pour ce faire, la FGA s’est dotée d’un outil central, la nouvelle plateforme numérique Quartier d’affaires www.quartierdaffaires.ca  dont elle assure la gestion.

Quartier d’affaires – innover à l’ère numérique

Quartier d’affaires présente deux volets principaux: interentreprises et grand public. Le volet grand public permet aux commerces et PME soucieux de desservir la clientèle franco-ontarienne d’y afficher et mettre en valeur leurs produits ou services. De son côté, la dimension interentreprises permet les échanges d’expertise ou de ressources entre entreprises, par le biais d’une plateforme de jumelage hautement performante qui assure le repérage et le pairage des entreprises selon leurs propres critères.

 

 

 

 

« Notre but n’est pas de réinventer la roue. On ne va pas créer un nouveau répertoire, mais nous allons plutôt créer une place de marché virtuelle. »

Richard Kempler, Directeur général FGA

 

 

 

 

Quartier d’affaires grand public : une vitrine aux consommateurs

La publicité et le marketing coûtent cher. Or la FGA et ses partenaires consacrent déjà des budgets importants à la promotion et au marketing de Quartier d’affaires,  autant dans les médias traditionnels, journaux, télé et radiodiffuseurs, que sur les médias électroniques et sociaux. Cette visibilité commune aura ainsi des retombées avantageuses sur toutes les entreprises inscrites sur la plateforme.

Quartier d’affaires : un site de rencontre pour les entreprises

Au volet interentreprises, les entreprises de partout au Canada désireuses de collaborer ou d’externaliser certaines activités chez des tiers ou spécialistes ont accès facilement à des partenaires potentiels. Ceci grâce à B2BeeMatch.com – une application intelligente de ciblage et pairage qui jumelle les entreprises selon des critères de leur choix.

Quartier d’affaires pour entreprises : bientôt un centre de connaissances

Quartier d’affaires annonce qu’elle inaugurera bientôt son centre de connaissances, qu’elle décrit comme « une boîte à outils collective mise sur pied pour vous aider à développer et à gérer votre entreprise ». On y retrouvera notamment des webinaires, vidéos, listes de contrôle, et plus encore. Qui plus est, les contenus proviennent directement des membres, donnant ainsi un aperçu de leur expertise pour d’éventuelles collaborations.

C’est gratuit, et le restera.

Conçue pour soutenir les gens d’affaires franco-ontariens, la plateforme offre ses services gratuitement.

« Le service grand public pour commerces désireux d’afficher leurs produits et services aux consommateurs est gratuit, et le restera. On s’inscrit, insère des photos de ses produits et profite de la visibilité générée par la promotion et le marketing faits par la FGA pour faire connaître Quartier d’affaires » affirme M. Kempler.

« Soulignons que le volet de repérage et pairage interentreprises est lui aussi offert gratuitement et que  l’ensemble du service de base restera gratuit. Les entreprises désireuses de raffiner les fonctions de jumelage ou autres pourront éventuellement opter pour un des forfaits abordables sur lesquels nous travaillons présentement », précise-t-il.

 

Lire tous les articles de la série dans The Review www.thereview.ca